• 02 98 93 80 59
  • Contact
  • L'énergie est notre avenir, économisons la

Transition énergétique : les masques tombent

Transition énergétique : les masques tombent

Les déclarations du Président d’EDF sur la radio RTL ce jour ont pour mérite de mieux comprendre les enjeux commerciaux qui, jusqu’alors, étaient présentés comme des enjeux écologiques. 
Tout d’abord, le Premier Ministre a annoncé la fin des chaudières fioul en 2028.
Cette déclaration inconsidérée a été ensuite corrigée par le Président de la République appelant à un effort de renouvellement des chaudières au fioul. Une déclaration cohérente avec son intervention d’octobre 2017 reconnaissant que les chaudières fioul Très Haute Performance Énergétique (THPE) étaient respectueuses de l’environnement.
Enfin, la présentation des orientations de la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) a permis de constater que la part faite à l’électricité, notamment d’origine nucléaire devait être préservée, du point de vue du lobby électrique.
Il apparait de plus en plus clairement que le choix électrique veut être imposé aux consommateurs pour les usages de chauffage et que le basculement de l’usage du fioul domestique sur l’électricité permettait de justifier l’orientation pro-électrique, voire pro-nucléaire. L’énergie fioul représente l’équivalent de 7 fois la production d’une centrale nucléaire de type Fessenheim.
Le Président d’EDF travaille pour les intérêts de sa société, c’est compréhensible. Mais il assène trois contre-vérités :
– L’État n’a pas prévu d’accorder des primes pour forcer à la conversion de chaudières fioul. Il s’agit d’un dispositif – les Certificats d’Économies d’Énergie – qui est financé par les énergéticiens et dont le coût global avoisine désormais 3 milliards d’euros par an, répercutés aux consommateurs. EDF propose d’accroitre les aides financières, financées par les consommateurs pour capter de nouveaux clients.
– Il déclare le fioul « très polluant », c’est pour le moins péremptoire, lorsque l’on sait que le KWh électrique en période de pointe est plus chargé en CO2 que le fioul domestique.
– Il déclare que le fioul domestique est « cher ». Un peu plus de 9 cts € par KWh contre 16 cts € pour l’électricité (+ de 60% plus cher que le fioul domestique) dont tout le monde sait que son augmentation est inéluctable.
Sous couvert d’écologie, occultant les déchets nucléaires, les annonces de ce genre démontrent que priment les intérêts commerciaux sur les questions écologiques et de pouvoir d’achat des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des questions ? Besoin d'information ?

Contactez-nous